« Psychologia » Camille Choppin

Lire un premier roman est toujours un privilège. Face à un auteur qui a fait le grand saut, je suis toujours admirative, fébrile et surtout très enthousiaste. C’est donc avec empressement que j’ai découvert, il y a un an déjà, « Psychologia » de Camille Choppin.

Plus connue sous le nom de @thrillersandothers sur Instagram, l’auteure a relevé le défi d’un premier roman à la hauteur de la promesse : un huit-clos psychologique renversant.

« Psychologia » ça raconte quoi ?

C’est l’histoire de Clémence, jeune actrice, qui se réveille dans une pièce inconnue, seule et attachée. Une voix, qu’elle surnomme « le Monstre » va alors l’entraîner dans un jeu pervers. Le but ? Imposer à Clémence une suite de dilemmes, auxquels elle ne pourra pas se soustraire et n’en sortira pas indemne.

Peur, espoir, colère, incompréhension sont autant d’émotions qui se succèdent. Une palette des émotions si large et réaliste qu’elle devient un atout de ce thriller. La clef du roman est indéniablement l’enchaînement de ces sentiments et leur gestion.

Qui de mieux que Clémence, protagoniste de cette histoire, pour vivre toutes ces émotions ? Dès les premières lignes, on ne peut que se prendre d’affection pour cette jeune femme. Le lecteur peut très facilement s’identifier à elle, vouloir lui venir en aide à tout prix. Finalement, Clémence porte ce thriller à bout de bras, et le fait très bien. Il est évident qu’elle réunit tous les ingrédients d’un personnage abouti.

Très vite, son instinct de survie prend le relai. Un instinct incisif et déterminant, un mode « pilote automatique » qui s’enclenche pour venir à bout des dilemmes qu’elle doit affronter. Devenir bourreau ou victime ? A priori, impossible à résoudre. Des choix qui lui sont néanmoins imposés par « le Monstre » si elle ne veut pas mourir dans cet endroit dont elle ignore tout. On découvre Clémence sous un nouveau jour, forte, déterminée, prête à tout pour s’en sortir.

La maladie, la mort, le deuil, la résilience… La diversité des thèmes abordés est passionnante. Chaque thème est développé avec justesse et beaucoup de sensibilité, formant un équilibre parfait avec ces dilemmes dignes d’un Saw.

La plume de l’auteure se devine, prend son envol au fil des pages. Forcément, le lecteur prend beaucoup de plaisir à tourner les pages de ce roman, malgré une légère perte de rythme à mi-parcours. Les quelques longueurs et répétitions sont vite oubliées lorsque le dénouement approche. Les 80 dernières pages sont palpitantes, surprenantes et savoureuses. Je ne m’attendais absolument pas à cette fin, une réelle bonne surprise qui m’a beaucoup plu. Le signe d’un thriller réussi.

Ce roman est fait pour vous…

Cela ne fait aucun doute, « Psychologia » plaira à tous les amateurs de thrillers psychologiques. Un premier roman qui a tout d’un grand, avec cette saveur de la première fois.

J’espère que ce premier partage littéraire t’a plu,

N’hésite pas à me laisser un petit mot et à le partager si le coeur t’en dit.

À très vite,

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

onze + quinze =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Partager l'article

Guide Gratuit

Je débute l'écriture de mon roman
avec une frise chronologique au top.

Lire d'autres articles...

Rejoins le club des audacieux !

Une newsletter simple, motivante et astucieuse qui t'aide à révéler l'écrivain en toi. Psst, le guide pour une frise chronologique au top t’attend.